Aller au contenu

Conseils d'experts

Contrôle interne

COMMENT DÉBUTER L’ANNÉE DU BON PIED?

Comme le veut la tradition, nouvelle année implique nouvelles résolutions! Quoi de mieux que quelques conseils fiscaux pour vous aider à les choisir… Voici donc quelques idées à prendre en note afin d’être conforme aux lois fiscales ou encore pour profiter de certains avantages fiscaux.

Registre de kilométrage

Il est essentiel pour les particuliers utilisant une automobile dans le cadre de leurs fonctions (personnelle ou fournie par l’employeur) de tenir un registre détaillé de leur kilométrage. Une simple estimation de la proportion « affaires » sur la proportion « personnelle » n’est pas acceptée par les deux paliers de gouvernements. Nous vous conseillons donc de vous mettre à la tâche immédiatement afin de n’oublier aucun déplacement! Afin de vous aider, il existe plusieurs applications sur le marché comme Odotrack, Trip.Log, Mile.IQ et Everlance. Par contre, si vous souhaitez éviter des coûts, la bonne vieille méthode du fichier Excel fait très bien le travail également.

Par ailleurs, il est important de noter que toutes les factures (essence, entretien, assurance, immatriculation) se rapportant à l’automobile doivent être conservées advenant le cas d’une vérification fiscale. À cet égard, un relevé de carte de crédit n’est pas une pièce justificative et pourrait être contesté par les autorités fiscales.

Déclaration des conditions d’emploi

Ce point s’adresse aux employés qui encourent personnellement des dépenses dans le cadre de leur emploi (dépenses d’automobile, de téléphone cellulaire, de fournitures, de location d’un bureau, etc.). Saviez-vous que ces dépenses peuvent être déductibles dans votre déclaration de revenus? En effet, vous pouvez demander à votre employeur de remplir les formulaires T2200 au fédéral et TP-64.3 au Québec dans les prochaines semaines afin de vous permettre de réduire votre facture d’impôt pour 2017.

Acomptes provisionnels

Les revenus qui ne sont pas soumis à des retenues à la source (revenu d’un travailleur autonome, revenus de placements, rémunération des actionnaires sous forme de dividende, etc.) peuvent entraîner la nécessité de payer des acomptes provisionnels. Il est important de ne pas les payer en retard. En effet, les intérêts et pénalités sont très élevés particulièrement au Québec où le taux d’intérêt et la pénalité peuvent atteindre jusqu’à 16 %. En comparaison, le taux d’intérêt est plutôt de l’ordre de 5 % à 7,5 % au fédéral.

Une bonne résolution pour 2018 sera donc de toujours payer les acomptes provisionnels à temps. Tout en étant non déductibles au niveau de l’impôt, les intérêts et pénalités sont généralement supérieurs au rendement produit par des placements ou au taux d’intérêt d’un emprunt! Si cette stratégie ne peut pas être respectée, il est important de toujours privilégier le paiement des acomptes provisionnels au Québec avant ceux du fédéral étant donné les intérêts et pénalités plus élevés.

Crédit RénoVert

De retour en 2018 jusqu’au 1er avril, la réalisation de travaux de rénovation écoresponsable permet d’obtenir un crédit d’impôt remboursable. Le crédit RénoVert permet en effet de profiter d’un crédit d’impôt maximal de 10 000 $ et correspond à 20 % des dépenses admissibles excédant 2 500 $. Ainsi, si vous planifiez des travaux de rénovation écoresponsables en 2018, il est avantageux de conclure une entente avec un entrepreneur qualifié avant le 1er avril afin de profiter de ce crédit d’impôt avant son expiration.

Compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Depuis le 1er janvier dernier, la limite de la cotisation annuelle dans le CELI a augmenté de 5 500 $. Cet ajout porte les cotisations cumulatives à 57 500 $[1] en date d’aujourd’hui. Une bonne résolution pour l’année 2018 est de prévoir une cotisation dans le CELI le plus rapidement possible afin de profiter au maximum du rendement non imposable lié à ce type de régime.

Régime enregistré d’épargne-retraite (REER)

Une façon simple de réduire l’impôt payable pour l’année d’imposition 2017 consiste à cotiser à votre REER. Bien que l’année soit déjà terminée, il n’est pas trop tard puisque la date limite pour cotiser est le 1er mars 2018. Ceci vous permettra de réclamer une déduction équivalente à votre cotisation dans votre déclaration 2017 et ainsi diminuer votre impôt.

Régime enregistré d’épargne-études (REÉÉ)

Le REÉÉ représente un incontournable lorsque vous avez des enfants âgés de 17 ans et moins. En effet, les cotisations à ce régime permettent d’obtenir une subvention de 30 % au minimum, soit 20 % au fédéral et 10 % au Québec. Cette subvention peut parfois être plus élevée pour les familles à revenus modestes. Un investissement de 2 500 $ par année permet d’atteindre le montant maximal de subvention. Une bonne résolution serait de cotiser au REÉÉ dès la première année de la naissance de votre enfant afin de profiter au maximum des subventions.

Il est important de noter que les cotisations à un REÉÉ n’entraînent aucune déduction dans les déclarations de revenus, contrairement au REER. Par contre, les gains s’accumulent à l’abri de l’impôt jusqu’à leur retrait par l’enfant lors de ses études postsecondaires. À ce moment, les subventions et les revenus de placements seront imposables dans ses mains. Comme le revenu annuel d’un enfant aux études est habituellement faible, il n’y aura pas ou peu d’imposition.

Déduisez vos intérêts grâce à la technique de la « mise à part de l’argent »

Pour conclure, cette planification s’adresse aux travailleurs autonomes non incorporés ainsi qu’aux propriétaires d’immeuble locatifs. Il est possible de réduire vos impôts en transformant un emprunt personnel dont les intérêts ne sont pas déductibles en une nouvelle dette dont les intérêts seront déductibles. Pour ce faire, l’entrepreneur doit utiliser une marge de crédit qui lui servira exclusivement à payer les dépenses d’affaires. Il utilisera ses revenus d’entreprise ou ses revenus de location afin de rembourser un emprunt personnel dont les intérêts ne sont pas déductibles. Après un certain temps, l’emprunt personnel sera complètement remboursé et les intérêts du nouvel emprunt seront entièrement déductibles.

Nous espérons que ces conseils vous seront utiles pour entamer l’année du bon pied et nous en profitons pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2018!

[1] La limite cumulative de 57 500 $ est atteinte par les particuliers qui avaient 18 ans ou plus en 2009. Pour les particuliers ayant atteint 18 ans après 2009, veuillez-vous référer au site de l’ARC pour calculer vos cotisations maximales au CELI.
Retour à la liste
Top

Inscription à l'infolettre

Recevez de l'information et des offres privilégiées